Sherlock Holmes

Le projet

Jusqu’alors, George III du Royaume Uni était le souverain britannique doté du plus long règne. De  1760 à 1820, George III règne sur  l’Angleterre pendant plus de cinquante-neuf ans. Nous sommes le  23 septembre 1896 lorsque la Reine  Alexandrina Victoria (1819-1901),  princesse de Kent, nièce du roi Guillaume IV de Hanovre, dépasse le record de son grand-père. 

Néanmoins, la Reine se refuse à  organiser toute célébration publique  marquant l’événement. En privé,  elle se limite à un dîner familial à Balmoral en Ecosse. Son souhait?  Favoriser davantage son soixantième anniversaire sur le trône qui  survient l’année suivante. 

Bien plus qu’un simple anniversaire d’un règne, le jubilé de diamant  de la Reine Victoria devient un événement organisé à la gloire d’un empire de 24 700 000 kilomètres carrés  et de 372 millions d’âmes. 

 Les festivités ont débuté en juin  1897. L’Empire fête quant à lui officiellement le jubilé de diamant de Victoria le mardi 22 juin 1897.   Le point culminant de ces réjouissances se trouve à Londres. Assise  dans un landau tiré par huit chevaux hanovriens, Sa Majesté participe à un défilé militaire. Ce jour est  proclamé jour férié en Grande-Bretagne et « dans tous les pays où des sujets britanniques sont résidents ».

Dans tout l’empire, des festivités  sont organisées pour marquer l’événement. De retour à Buckingham,  Sa Majesté a pour la première fois  et grâce à un appareil télégraphique  pu envoyer aux quatre coins du  globe ce message royal: «De tout  mon cœur, je remercie mes peuples  bien-aimés. Que Dieu les bénisse !  V.R.I.» 

 Selon Scotland Yard, tout se serait  déroulé sans incident majeur, mais  deux mois, 126 années plus tard  et 654 miles plus loin, le Groupe Théâtral de Salins profite de son jubilé d’or pour raconter l’événement  avec l’aide du célèbre détective  Sherlock Holmes, grâce aux écrits de Sir Arthur Conan Doyle.  

 Certaines personnalités se seraient alliées à leur cause, notamment le metteur en scène Stéphane Albelda, le compositeur Ludovic Neurohr et le chef d’orchestre Yvan Lagger, ainsi qu’un bon nombre de partisans, acteurs et musiciens.  Le Lieutenant Lestrade suit l’affaire de près, afin de vérifier que  « l’image de notre chère royauté ne  puisse en aucune manière être entachée par des Helvètes et leurs gaudrioles», mais semble bien résigné:  « Ces saltimbanques n’en font qu’à  leur tête! ». Ce spectacle épique en est la preuve vivante!